les commentaires sont désactivés pour cet article

Guérie du cancer !

photo de Dalila BrignonAu courant de l’année 1991, le Seigneur avait touché le coeur d’un couple chrétien pour prier pour moi et ma famille. J’étais à la recherche de Dieu, j’avais dans mon coeur un grand vide, souvent je priais et je lui demandais de changer ma vie.

Au courant de l’année, je l’ai accepté dans mon coeur mais Dieu savait que j’étais atteinte d’une grave maladie. Un jour, je me suis rendue compte que j’avais un problème à l’oeil gauche. Dans mon coeur, j’ai ressenti que quelque chose de grave avait atteint mon corps. Je décidai de prendre rendez-vous chez mon ophtalmologue qui n’avait, malgré cela, rien décelé mais cela ne m’avait pas rassurée. Ce danger ne me quittait pas. Après quinze jours je décidai de me rendre chez un autre médecin qui a diagnostiqué un mélanome (cancer sur la cornée de l’oeil gauche). Après ce verdict c’était la douche froide, tout s’écroulait autour de moi. Une angoisse terrible atteignit tout mon être. Dans mon coeur je priais Dieu de m’aider et soudain une paix, un réconfort descendit sur tout mon corps et je savais que dans cette épreuve, je n’étais pas seule. J’avais la conviction que Dieu pourrait me guérir, qu’il était avec moi.

De retour chez moi, je me rendis chez mes amis chrétiens. Dans la prière, nous avons demandé à Dieu la guérison (imposition des mains) et de me diriger dans la voie à suivre.

Je fus dirigée sur Strasbourg chez un professeur très renommé dans la région, il m’a confirmé le diagnostic. Lors de cet entretien, il y avait deux solutions : enlever l’oeil ou poser une pastille radio-active sur la cornée pour que la guérison se produise éventuellement dans le temps. Quelque temps après, lors d’un culte à l’église Agape, je demandai la prière pour ce choix délicat. J’ai décidé de me faire opérer. Je savais que Dieu avait tout entre ses mains.

L’opération se déroula sans problème et la tumeur a commencé à cicatriser progressivement mais mon combat personnel dans la foi restait néanmoins difficile. La crainte voulait m’emprisonner mais je me suis tournée vers mon seul secours, le Seigneur, en mettant sa Parole en pratique et en Lui faisant confiance.

Chaque fois Il m’a relevée.

L’église AGAPE était toujours pour moi une grande protection, comme c’est d’ailleurs toujours le cas aujourd’hui.

J’avais la conviction pour la guérison totale de cette maladie.

Coup de théâtre : le foie est atteint !

Après cette opération, un protocole de surveillance a été mis en place par rapport aux métastases, mais au courant de l’année 1993, lors d’une radio de contrôle, une tâche apparut au niveau du foie. A nouveau, j’ai été dirigée sur Strasbourg. L’entretien avec le médecin confirma un cancer du foie. Mon mari et moi étions effondrés après cette visite. D’après la médecine, mes perspectives de guérison étaient mitigées. On m’a dirigée vers un spécialiste pour procéder à une ablation de la partie du foie qui était malade et faire des séances de 8 chimiothérapie. Malgré cette nouvelle épreuve, j’avais une paix qui venait du Seigneur et à nouveau je savais que j’étais sous sa protection.

J’avais demandé au Seigneur de me faire la grâce d’être à la maison pour Noël avec mes enfants et mon mari et d’éviter de faire les séances de chimiothérapie.

Lors d’un appel de prière pour les malades effectué à l’église, je me suis avancée.

A la date fixée par l’hôpital, je me suis rendue à Strasbourg pour subir l’ablation de la partie malade de mon foie.

L’opération a duré 5 heures.

Je me suis rétablie très rapidement grâce aux prières des frères et soeurs de l’église et à Noël j’étais avec mes enfants et mon mari.

J’ai patienté jusqu’au 31 décembre pour connaître les résultats des analyses, et.. oh surprise, le médecin me téléphona pour confirmer que le prélèvement de la partie atteinte ne présentait plus aucune trace de la tumeur maligne initialement constatée.

MERCI SEIGNEUR !!!

“Elle se dit : Si j’arrive à toucher ses vêtements, je serai guérie. A l’instant même, son hémorragie s’arrêta et elle se sentit délivrée de son mal.” (Marc 5 versets 28-29)

Dalila

Imprimer