Comment le Saint-Esprit nous dirige

J’avais à coeur de vous partager un événement qui m’a beaucoup parlé dans la bible et qui correspond d’ailleurs à ce temps que nous vivons maintenant. Vous savez que Jésus était présenté par ses parents au temple, selon la tradition juive, 8 jours après sa naissance. Déjà le jour de sa naissance avec un jour spécial parce que des mages d’Orient étaient venus se déplacer de très loin pour le trouver. C’était déjà un moment spécial mais sa présentation au temple vas être aussi un moment très spécial, ça va être un moment de rendez-vous divin, un rendez-vous céleste, un rendez-vous prophétique.

Et j’aimerais ce soir partager avec vous ce rendez-vous prophétique parce que je le trouve étonnamment riche en enseignement.

Alors nous le trouvons dans l’évangile de

Luc chapitre 2 à partir du verset 21

“Le huitième jour auquel enfants devaient être circoncis c’était le jour de la circoncision ce 8ème jour étant arrivé on lui donna le nom de Jésus, nom qu’avait indiqué l’ange avant qu’il fût conçu dans le sein de sa mère et quand les jours de leur purification furent accomplis selon la loi de Moïse, Joseph et Marie le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, suivant ce qui est écrit dans la loi du Seigneur : “tout mâle premier-né sera consacré au Seigneur et pour offrir un sacrifice de tourterelle ou de jeune pigeon comme cela est prescrit dans la loi du Seigneur. Or voici il y avait à Jérusalem à certain Simon, un homme du nom de Simon. Cet Homme était juste et pieux. Il attendait la consolation d’Israël et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait été divinement averti qu’il ne mourrait pas avant d’avoir vu le Christ du Seigneur. Il vint au temple poussé par l’Esprit et comme les parents apportaient le petit enfant Jésus pour accomplir à son égard ce qu’ordonnait la loi, il le prit dans ses bras, le bénit, bénit Dieu et dit : “Maintenant Seigneur laisse ton serviteur partir en paix, car mes yeux ont vu ton salut que tu a préparé devant tous les peuples, lumières pour éclairer les nations et gloire d’Israël, ton peuple.”

Joseph et Marie étaient dans l’admiration qu’on disait de lui. Et Siméon les bénit et dit à marie sa mère : “Voilà écoute : cet enfant est destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël et à devenir un signe qui va provoquer la contradiction et à toi-même une épée te transpercera l’âme (le coeur dans d’autres traductions) afin que les pensées de beaucoup de cœurs soit dévoilé. Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanuel de la tribu d’Aserre. Elle était forte avancée en âge et elle est avait vécu 7 ans avec son mari depuis sa virginité. Restée veuve et âgée de 84 ans, elle ne quittait pas le temple et elle servait de Dieu nuit et jours dans le jeûne et la prière. Étant venu elle aussi à cette même heure, elle louait Dieu et elle parlait de Jésus à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.”

Quel rendez-vous de Dieu ! Spécial, étonnant !

Rendez-vous compte, au moment précis où les parents amènent Jésus au temple, deux personnes différentes : une qui vivait dans le temple, Anne la prophétesse et Siméon qui n’est pas appelé un prophète par Luc. Parce que Luc, je suis désolé, est quelqu’un de très précis. Il a écrit non seulement l’Évangile mais aussi les actes des apôtres. C’est quelqu’un qui a toujours une précision chirurgicale. Et quand quelqu’un est prophète, il le dit. Par exemple, pour la prophétesse Anne, il dit que c’est une prophétesse.

Pour Siméon, il ne dit pas que c’est un prophète. Il dit simplement que c’est un homme. Il le définit avec 4 caractéristiques :

juste et pieux (Bien sûr c’est pas la justice par la foi puisque Jésus n’était pas encore venu, Il a offert son corps en sacrifice, c’était encore la justice selon les principes de l’Ancien Testament, de la loi. Ca veut dire que c’était un homme droit, intègre, qui marche vraiment sur le chemin de la droiture, de l’intégrité et qui craignait Dieu).

Luc dit que Siméon était quelqu’un qui attendait la consolation d’Israël. Il était dans une position d’attente. C’était pas un prophète ! c’était un simple homme comme vous et moi.

Mais il avait la particularité d’être juste et pieux. Ca veut dire qu’il avait des temps de prière sérieux, il cherchait la face de Dieu régulièrement, et puis vraiment chercher à lui plaire. C’est ça la piété.

Mais il attendait. il était aussi dans une position particulière que tout le monde n’avait pas forcément, il était dans une position d’attente. il attendait la consolation d’Israël.

La troisième chose que Luc dit de lui c’est que le Saint-Esprit était

sur

lui (non pas en lui parce qu’en lui ça ne pouvait pas se faire avant la Pentecôte ; le SE n’était jamais en quelqu’un avant la Pentecôte, avant qu’il ne vienne quand Jésus l’a envoyé).

Mais il était sur lui, comme le SE était sur certain personnages de l’Ancien Testament.

Mais vous savez : pourquoi est-ce que le SE était sur lui ? Parce que la Bible nous dit que “Les yeux de l’Eternel sont sur les justes et ses oreilles sont attentives à leurs cris (ou leur prière).”  psaume 34 verset 16

(Ca c’est la troisième particularité)

Et puis la 4e qui est très intéressante aussi : ce qu’il avait été divinement averti qu’il ne mourrai pas avant d’avoir vu le Christ, le Seigneur. Est-ce que Dieu lui avait parlé par un songe ? Je ne sais pas comment Dieu l’a averti. je sais pas comment Dieu lui a parlé. Est-ce qu’il entendait l’esprit du Seigneur. On ne sait pas.  Probablement qu’il a reçu un songe de la part de Dieu, l’avertissant comme Joseph par exemple qui avait aussi été averti par des songes; parce que souvent ce moment là quand les gens étaient dans la vie de Piété, de consécration, Dieu leur parlait par des songes, par des rêves. (rêves et songes sont différents).

Un songe c’est vraiment quelque chose de spécial, qui est particulier à Dieu.

Voyez, alors lui il était âgé lui aussi. On ne sait pas quel âge il avait mais en tout cas c’était deux personnes âgées. ils sont venus ce jour-là au temple. Dieu l’avait averti qu’il ne mourrait pas avant de voir le Messie. on sait pas combien de temps il a attendu. On peut peut-être penser qu’il a attendu 1 ou 2 ans, mais ça se pourrait bien qu’il ait attendu 10 ou 15 ans, 20 ans. On ne sait pas. on sait par contre qu’

il ne mourrait pas avant de l’avoir vu

.  Ca c’est intéressant ! Siméon faisait parti de cette catégorie de croyant qui lorsque que Dieu leur a parlé, il ne baisse jamais le pavillon, il persévère jusqu’à ce qui a été dit s’accomplisse. Ca c’est une clé très importante ! Il n’avait pas seulement eu la foi qu’il ne mourrait pas sans avoir vu le Messi (c’est déjà quelque chose de spécial de recevoir une  parole comme ça, faut se mettre à la place des gens de cette époque) mais c’est quelqu’un qui a osé non seulement y croire sur le moment mais qui a persévéré malgré le fait que ça ne se passait pas. ca c’est tout à fait remarquable !

Beaucoup de chrétiens, on reçoit parfois des choses de la part de Dieu, ils y croient un temps puis quand ça se réalise pas ils laissent tomber. Ils disent “Oh, j’ai dû me tromper. Dieu ne m’a pas parlé ! “

Frères et soeurs c’est très important à cause de ses 4 particularités qu’on vient d’énumérer, c’est à cause de cela qu’il vint au temple, poussé par le Saint-Esprit, (il vint

par

l’Esprit FrDBY) ou encore

 

 l’Esprit. Il est venu par un mouvement du Saint-Esprit. Comment est-ce que ça peut se passer de manière concrète ? C’est très simple, je vais employer un mot que tout le monde comprend, peut connaître : tout à coup il reçoit une conviction “écoute, va au temple maintenant”.

Parce que s’il hésitait si il n’y allait pas tout de suite et ben il a loupé le rendez-vous divin. Donc il a tout de suite obéi à l’injonction du Saint-Esprit. Il a eu cette conviction qui s’est imposé à lui d’une manière impérieuse et le Saint-Esprit, mes frères et soeur, nous conduis par des convictions qui viennent de lui et qu’on ne peut pas fabriquer nous-même. Il s’impose à nous. Il n’a pas cherché cette conviction. Elle s’est imposée à lui brutalement, comme ça, soudainement. Et lui, il a écouté, il est venu. Et quand il arrive, je sais pas à quoi il s’attendait.  S’il allait voir un homme ou un jeune homme, je sais pas de quel âge, mais le voilà qui tombe sur Marie et Joseph qui tiennent un petit bébé. Mais pas une seconde il n’hésite. Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu’il prend dans ses bras Jésus ? D’abord il commence à rendre grâce : “Maintenant tu laisse aller ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole, car mes yeux ont vu ton salut, salut que tu as préparé dans tous les peuples, lumière pour éclairer les nations,  et gloire d’Israël ton peuple”.

Attendez, c’est un bébé ! Il n’y avait rien qui était marqué sur lui, que c’était lumière etc. Comment est-ce qu’il peut dire ça ? Mais parce que une fois que vous avez reçu la conviction du Saint-Esprit, le Saint-Esprit passe à la 2ème phase : il vous donne un témoignage intérieur.

Quand il a vu cet enfant, tout de suite il a compris, ça a raisonné dans son coeur. “C’est Lui !” Et il ne s’est pas trompé ! La preuve c‘est que Anne la prophétesse qui est venu au même moment dit : ”C’est lui !”. Incroyable ce concours de circonstance. Elle aussi était toujours au temple, mais pas nécessairement la pièce où on faisait les présentations (d’enfant). Et elle aussi était dirigée par l’Esprit. L’Esprit a dû lui dire : “Anne, maintenant descends, descends, descends ! Tu vas voir ce que tu attends depuis toujours aussi.” Parce qu’elle aussi elle attendait, elle parlait de Jésus à tous ceux qui attendaient la délivrance de jérusalem et elle faisait partie de ceux-là. Ce passage est très intéressant parce que d’un côté il y a une prophétesse qui n’a même pas le temps de prophétiser,  parce que si Siméon n’était pas arrivé, ça aurait été elle qui aurait prophétisé parce qu’elle est prophétesse. Mais ce qui est intéressant dans cette histoire, c’est que c’est pas la prophétesse qui prophétise, c’est lui, le gars, monsieur tout le monde qui était consacré, qui était dans une position d’attente, un gars sur lequel le Saint-Esprit reposait. Et qui gardait la foi, qui persévérait malgré le fait que ça se passait pas. Et puis il se met à prophétiser après des choses que peut être Marie et Joseph n’auraient jamais voulu entendre, parce que c’est pas évident ce qu’il a prophétisé à Marie. Il fallait oser dire des choses pareilles ! Mais c’était pas Siméon qui parlait à de moment là. C’était vraiment littérairement sous l’onction du Saint-Esprit et il s’est mis à dire des choses que lui-même après  a dû être étonné de les avoir dite, parce que “Eh ! Tu te rends compte de ce que tu as dit à cette femme. Tu lui fais de la peine à cette mère. Elle est tellement contente d’avoir cet enfant et toi tu viens maintenant avec des paroles comme ça! “

Sur le plan humain c’est de l’irrespect, de la maladresse, tout ce que vous voulez. Vous n’avez pas le droit de mettre un bug au moment où un couple se réjouit, de venir avec vos paroles et de mettre de l’inquiétude. Ca se fait pas ! C’est pas très gentleman ! et voilà que Siméon, dans cette marche dans l’esprit dans laquelle il a été conduite, a prophétisé. D’abord il s’est réjoui : “Maintenant ton serviteur peut aller en paix parce qu’il l’a vu”. Puis après il s’adresse à cette famille. D’abord Joseph et Marie devaient être surpris : ils arrivent, ils veulent présenter cette enfant au temple puis voilà qu’un vieillard arrive et leur prend l’enfant des bras. “Qu’est-ce qu’il fait celui-là !” Puis non seulement de prendre l’enfant dans les bras, il commence à prophétiser. Vous vous rendez compte un peu de la situation ? Je pense qu’ils étaient extrêmement choqués. Je pense que Joseph et Marie avaient le droit d’être choqués à ce moment là. C’était choquant ! Mais c’était dirigé par le Saint-Esprit ! Et pourtant il n’était pas un prophète ! Et ça c’est un enseignement très importante parce que nous avons les quatre critères qui font que quelqu’un peut devenir prophétique sans être un prophète. parce qu’on a pas besoin d’être un prophète pour être prophétique.

Il y a un préjugé c’est que seulement les prophètes qui se nomme “prophète” sont prophétiques. Mais ici nous avons l’exemple type de quelqu’un qui n’est pas un prophète et devient  prophétique.

Je peux vous donner un deuxième exemple qu’on trouve exactement dans une même configuration qui se trouve dans les actes des apôtres au chapitre 9 quand Ananias. Il est bien dit qu’Ananias est un disciple et pas un prophète. et tout d’un coup Dieu lui parle dans une vision et lui dit “Vas dans la rue à droite. Tu trouveras mon serviteur, tu trouveras Paul et tu lui posera les mains pour qu’il recouvre la vue. Tu le oindras pour qu’il reçoive le baptême du Saint-Esprit.”

Eh mais c’est un persécuteur etc. Qu’est-ce que tu me demande ?

Et Dieu lui dit : “Oui mais je veux me servir de cet homme. Fait moi confiance, vas-y !”

Je pense qu’il avait peur quand même, parce qu’il savait qu’il était à la chasse du moindre chrétien l’apôtre Paul, avant qu’il ne soit saisi par le Seigneur.

Et puis le Seigneur lui dit : “Tu sais, je t’ai montré à Paul dans une vision. Il dois venir lui imposer les mains. donc en même temps il donne une vision à Paul et en même temps Ananias reçoit la vision.

Et il s’exécute, il va chercher dans la ville où se trouve la rue à droite et il trouve effectivement l’apôtre Paul à cet endroit là qui était devenu aveugle depuis que Dieu l’avait rencontré. Il lui impose les main et ça se passe comme ça. Et c’était pas un prophète. Ananias n’était pas un prophète. C’était un disciple !

Et ça mes frères et soeur, je pense que c’est très important de le souligner, de bien le comprendre. Et puis lorsqu’il rends grâce à Dieu, il est dans la joie, dans la paix. Il y avait un sentiment d’accomplissement de sa destinée, de sa mission. Il est arrivé au terme. Dieu l’avait préparé pour ça. Maintenant il pouvait partir, il avait rempli sa mission. Il avait un sentiment de plénitude, de devoir accompli, de mission accomplie.

Et ça c’est aussi très important, c’est ce témoignage qu’on pourrait appelé : la paix du Saint-Esprit qui s’installe en lui.

Nous touchons là les trois domaines du fonctionnement prophétiques :

  • une conviction

  • un témoignage intérieur

  • la paix donnée au moment où on obéit au Saint-Esprit

Voilà les 3 repères du fonctionnement prophétique. si vous voulez savoir comment ça marche, ça marche comme ça, pas autrement. Le Saint-Esprit nous guide de cette façon-là en te donnant des convictions qui viennent de lui en nous préparant pour des choses en nous parlant, nous préparant.

A partir de ce moment là nous pouvons devenir un outil de Dieu, un canal de Dieu sans avoir un ministère de prophète particulier !

Alors, il y a quelque chose qu’on peut remarquer : c’est vraiment ce qui est commun à ces 2 personnes qui sont Anne et Siméon, c’est que d’abord ils étaient vraiment consacrés : ils recherchaient Dieu continuellement, la face de Dieu continuellement, Anne dans la prière et le jeûne. Elle servait même nuit et jours.

L’Esprit-Saint du fait de cette consécration est sur eux, parce que le Saint-Esprit ne vient pas sur les gens qui sont pas consacré, que ne se consacrent pas, qui ne cherchent pas vraiment la face de Dieu. C’est pas vrai. Ne croyez pas que le Saint-Esprit tombe comme ça par hasard sur quelqu’un au bonheur la chance. “Ah je vais tomber sur lui. Il me plait bien celui/celle là ! Je vais le/la visiter !” Non !  les yeux de Dieu sont fixés sur ceux qui cherchent sa face, qui cherche sa justice, qui craignent l’Éternel, qui se consacrent. Et c’est ceux là qui vont être averti des choses que tous les autres ne sont pas averti. Personne mis à par Anne et Simon  savaient que c’était Jésus. Et puis d’ailleurs même ses parents ont douté un moment de lui. Et même Jean Baptiste, quand il était en prison a douté que c’était le Messi.

Vous vous rendez compte !  

Alors que certains ont vu ses miracles et ont douté de lui, ces deux vieilles personnes n’ont pas douter en voyant un bébé. Mais c’est fou le paradoxe ! Ils n’avaient aucune preuve !

Il ne les avait pas épaté par tous les miracles et toutes les résurrections qu’il avait fait ! Non ! Simplement parce qu’ils ont reçu le témoignage intérieur du Saint-Esprit, parce qu’ils étaient consacrés, l’esprit de Dieu était sur eux !

Et parce que le Saint-Esprit était sur eux, ils ont pu recevoir à cause de cela la conviction d’aller au temple, dans la partie du temple où se trouvait Jésus, au moment qu’il fallait et pas un autre moment. Au bon endroit, au bon moment ! C’est tout à fait remarquable comment le Saint-Esprit conduit quand on cherche à être vraiment consacré à Dieu.

Tu veux que le Saint-Esprit te conduise ? Pas de problème ! Il peut le faire, mais il attend que tu te consacres d’avantage à lui, que tu cherches vraiment la communion du Saint-Esprit.

Ils ont eu tous les deux le témoignage intérieur que ce bébé était le Fils de Dieu, alors qu’il avait vu pour la première fois. Il ne connaissait pas du tout Joseph et Marie. Il ne les connaissait pas. C’étaient des inconnus pour eux. C’est d’autant plus extraordinaire !

Ils ont écouté le témoignage intérieur du Saint-Esprit.

Et puis les deux ensuite avaient ce sens d’avoir accompli leurs destinées.

C’est vraiment très très important. Il y a quand même beaucoup de leçon à retenir de ce passage.

D’abord c’est qu’il n’est pas nécessaire d’être prophète pour être conduit par l’Esprit.

Ca c’est très important de bien le comprendre. Le Saint-Esprit regarde le coeur et comment tu marche avec Dieu.

Les yeux de Dieu sont fixés sur toi quand il voit que tu est sérieux, que tu es sincère, que tu es entier avec Lui.

Le Saint-Esprit à ce moment là, il est sur toi.

Donc bien sûr, l’importance de la communion avec le Saint-Esprit

Vous savez que Paul serait rentré en Asie en Bithynie, mais le Saint-Esprit ne lui permit pas. Comme il avait et comme il a entendu le NON du Saint-Esprit. parce qu’il était en phase, en communion avec le Saint-Esprit. Il marchait face à face avec Dieu.

Une autre leçon qui me paraît extrêmement importante : c’est une erreur de vouloir à tout prix faire la différence entre le témoignage de notre conscience et la voix du Saint-Esprit.

C’est les gens qui veulent être très spirituels et vont vous faire toute une théologie là-dessus. Mais en réalité c’est plus simple que ça.

Et je vais vous donner les versets pour preuve :

Paul dit :  “l’esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous somme enfant de dieu.” romain 8-16

romain 9:1 “Je dis la vérité en Christ. Je ne mens pas. Ma conscience me rend témoignage par le Saint-Esprit.”

Autrement dit, le témoignage reçu dans notre conscience est très important. Pourquoi vouloir le différencier de la voix du Saint-Esprit ?

Tu pense quelque chose, tu crois quelque chose et il vient et il est témoin de ce que tu penses et dit : ”Oui c’est ça !” Il met son tampon. Il dit : “c’est ça ! “

tu reçois le témoignage du Saint-Esprit, que ce que tu penses est juste. Il vient t’approuver dans ce que t’as pris comme décision. Si elle est juste et vient de Dieu, il vient et il rend témoignage

“ouais c’est ça vas-y !“

Est-ce que vous comprenez ce que je suis en train de dire ?

Parfois on veut trop spiritualiser les choses et puis on veut faire un découpage entre la voix de Dieu et la voix de notre conscience. c’est plus simple. si tu marches avec le Seigneur, il va te conduire intérieurement dans ton coeur en te donnant vraiment le feu vert.

Et puis quand même aussi une leçon importante c’est le regard prophétique c’est quelque chose de très particulier qui sait reconnaître la bénédiction même quand elle est encore dans l’oeuf.

Vous n’avez pas besoin d’une démonstration de puissance de la part de Jésus qui se lève et qui se met à prophétiser en hébreux comme ses parents.

Vous connaissez l’histoire de notre fils joël ? Moi j’ai vécu ça avec Joël quand il avait un an et demi. Je l’ai entendu parler pendant une minute et demi sur le haut d’un toboggan dans un parfait français à une foule invisible. Je vous assure que ça fait un choc quand on entend ça.

Jésus n’a pas fait ça. Jésus n’a pas parlé en hébreux à ce moment là. Il ne les a pas ébloui en étant un bébé hors du commun. Non, c’était un bébé qui avait ses rots  et qui avait ses gargouilles comme tous les autres bébé il y avait pas moyen de le différencier d’un autre bébé. Fallait vraiment que ce soit l’éclairage, le témoignage du Saint-Esprit pour qu’il dise “C’est lui !”. Franchement, c’est fort. Moi je trouve ça fort.

Donc l’esprit saint, l’esprit prophétique sait voir au-delà des apparences parfois paradoxales.

Et ils auraient pu ne pas s’en contenter et dire :

“On a rien vu, on est déçu. Tu nous a fait attendre 15 ans, 20 ans de prière pour voir un petit gamin dans les bras d’un couple. C’est ça ta promesse ?”

Franchement ils s’attendaient à autre chose.

“J’ai tellement prié, puis pour avoir ça comme résultat. Je trouve que c’est décevant !”

Et ils ont cru ! Anne louait Dieu et parlait de Jésus à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. Elle ne le disait pas à n’importe qui. Elle le disait à ceux qui était aussi dans une position d’attente. Je trouve ça super ! Faut pas dire ça à tout le monde.Il faut le dire à ceux qui sont également dans une position d’attente, sinon vous allez avoir des ennuis. Les gens vont pas vous comprendre. Vous allez vous prendre des bâtons, des vestes.

Moi je crois qu’il y a une façon de très simple de devenir prophétique. C’est le prophète Isaïe dans le chapitre 50:4-5 qui nous le dit:

“Chaque matin tu éveille mon oreille comme tu éveilles l’oreille d’un disciple afin que j’écoute et que je puisse devenir une bénédiction, que je puisse bénir celui qui est abattu.”

Moi je trouve qu’il y a une clé très intéressante dans ce passage.

“Le Seigneur m’a donné une langue exercée pour que je sache soutenir par la parole celui qui est abattu” Esaïe 50:4

C’est très simple en fait d’être prophétique. C’est ça commence par la prière le matin avec le Seigneur. Au lieu seulement de parler au Seigneur, tu peux aussi dire au Seigneur : “Mais qui veux-tu aujourd’hui que je bénisse ? Qui veux-tu aujourd’hui que j’encourage ? Qui veux-tu aujourd’hui que j’exhorte ?”

Et vous allez être surpris de voir que Dieu va mettre à votre esprit telle visage, telle famille, telle personne auxquels vous n’auriez pas pensé. Si vous êtes sérieux dans votre demande, dans votre motivation de vouloir bénir, d’édifier quelqu’un, d’encourager, Dieu va vous guider ! Je vous promets que Dieu va vous guider ! Vous n’allez pas vous tromper ! Et c’est ça être prophétique. Ca commence d’abord par un coeur disposé à être un sujet de bénédiction. C’est tout simple ! Et c’est très efficace !

D’ailleurs Paul le dis très clairement quand il parle du don de prophétie auquel il faut aspirer :

”L’esprit de prophétie consiste à édifier, encourager et consoler.” 1 Corinthiens 14

Il donne les trois axes de fonctionnement prophétique.

Il y a ces 3 choses. Si vous avez ces 3 choses, si vous êtes disposés à édifier, à consoler, à exhorté, vous êtes prophétique, vous allez être prophétique. Dieu va vous utiliser, c’est sûr, de manière prophétique sans qu’on fasse un grand discours, sans qu’il y a des grandes parades : “Oh l’Eternel t’as dit  etc. Je viens de la part de Dieu. L’Eternel te dit que..

Non, tout simplement, en toute simplicité de cœur.

Vous connaissez cette histoire. Elle n’est pas à mon honneur.

Mon fils quand il était enfant, qu’il a été baptisé du Saint-Esprit, il était très prophétique Joël.

Un soir, alors que je voulais prier avec lui comme d’habitude tous les soirs, il a vu que j’étais pas bien ce jour-là et puis il me dit : “Papa, tu veux pas que je prie pour toi ? Pour une fois, c’est moi qui vais prier pour toi. Je vois que tu n’es pas bien.”

J’ai dit : “Oh oui, si tu veux.”

Sachant qu’il est prophétique, j’aurais mieux fait de me taire ce jour-là. J’aurais dû lui dire : “Non mon fils, c’est moi qui prie.”

Je l’ai laissé prier et puis il dit : “Oh père, Dieu mon père ! Tu vois combien mon père souffre à cause de son immaturité ! Oh, je te prie de…”

Oh la la la la

Alors à la fin de sa prière j’étais un petit peu secoué. puis je dis à Joël :

“C’est quoi dis voir, c’est quoi la maturité Joël ?”

  • “Je sais pas papa. Pourquoi ?”

  • “Non, non. Rien du tout, rien du tout.”

Il ne savait pas qu’il avait prophétisé ! Mais voyez donc l’esprit prophétique peux même utiliser des enfants. Parce que si quelqu’un est simple et pur dans son cœur, la prophétie commence par des coeurs simples et purs qui veulent être des instruments de bénédiction, d’exhortation.

Partant de là, tu peux être utilisé mon frère. Il y a pas de problème.

Dieu dans sa bonté nous donne un garde-fou à travers l’enseignement de Paul qui est très simple :

Il dit que tu te contentes d’édifier, d’exhorter, de consoler bah voilà tu fonctionne dans le prophétique. Tu vas voir, Dieu pourra t’utiliser dans le prophétique et ça va être des paroles simples, des choses parfois même très basiques.

Parfois on se dit: “Mais attends, je ne dis rien de spécial là !”

Et le Seigneur te dit  : “Si, dis-le mon fils !”

On se dit : “ Ce n’est rien de spécial. Qu’est-ce que ça va lui faire ?”

Mais si t’es obéissant, tu le dis et tu va être surpris du résultats. Parfois c’est très paradoxale parce qu’on pense que c’est des grandes choses qui vont toucher le cœur des gens. Mais parfois c’est contre toute attente, des paroles toutes bêtes que tu ne penserais jamais qu’elle ferait un tel effet !

Dieu m’a beaucoup parlé pendant ce temps où j’étais malade, où j’étais dans l’épreuve. Et l’une des choses les plus importantes qu’il m’a dite, qui m’a vraiment touché quand j’étais paralysé et que je des infirmières me tournaient comme un salami, que je me plaignais, j’ai dit : “Oh purée, ça, j’ai du mal à supporter ça Seigneur ! Je suis obligé de les laisser faire, j’ai pas le choix. Je suis obligé de me laisser faire. C’est vraiment une honte, etc.”

Et le Saint-Esprit, aussi sec :

“Mais Bruno ! C’est depuis tellement longtemps que j’attends ça de toi avec moi. C’est que tu te laisses faire et tu me laisses faire.”

J’ai dit : “Ok Seigneur, c’est bon. ok ok.”

Parfois Dieu se sert des choses tout simple pour nous enseigner. Et puis je vous assure, dans cette histoire j’ai vu bon nombre d’expériences où j’ai vu la main de Dieu. J’ai vu Dieu me parler avec humour parfois. Parfois Dieu utilise des personnes qui ne sont pas chrétiennes pour vous parler !

Eh ! Il s’est bien servi d’un âne pour parler au prophète Balaam ! Pourquoi il ne pourrait pas se servir d’un gars du monde pour te parler ? Parfois c’est ton patron qui te parle de la part de Dieu et qui te secoue de la part de Dieu ! Et parfois Dieu utilise des circonstances qui sont parlantes par elles-mêmes.

J’ai entendu l’histoire l’autre jour d’un chrétien qui m’a fait sourire. Il chattait sur Internet avec une jeune fille russe. Il était très entiché des filles russes.

Il en a trouvé une qui semblait vraiment être la bonne, la belle, etc. tt tout, belle blonde aux yeux bleus etc. Et puis lui il était vraiment dans tous ses états et puis donc il s’était mis d’accord pour qu’il la rejoigne en Russie. Il habitait l’Allemagne. C’était pas impossible à faire.

Il se met en route pour y aller, puis il se dit : “Ah ! J’ai une chose que j’ai oublié de faire, c’est de prier Dieu !”

C’est un chrétien et il dit : “Seigneur, si c’est pas ta volonté, parle moi s’il te plait. Mais ce serait dur pour moi si tu me dis non.”

Et puis il va en ville et fait quelques courses et s’était mis à l’intersection là où il y avait un banc. Il y un petit parc avec de l’animation.

A sa grande stupéfaction, quand il s’assied, une nouvelle chanson commence qui dit : “Ne viens pas ! Ne viens pas ! Surtout ne viens pas !”

Et stupéfait, la chanson continue sur ce thème. A la fin il était estomaqué, dégoûté. Il dit “Oh Seigneur, Tu m’as dit non. Je n’irai pas.”

Et puis il a chatté à cette fille en lui disant : “Écoute, j’avais prévu de venir mais le Seigneur m’a dit non !”

Dieu peut vraiment parler de manière surprenante à travers des méthodes parfois surprenantes. Dieu n’est pas à cours pour nous parler. L’essentiel c’est que nous soyons droit, ne soyons pas tordus, que nos motivations soient pures. Ca c’est le plus important ! Et à partir du moment que notre cœur est droit et pur, Dieu va pouvoir nous utiliser.

On va prier.

Seigneur tu nous a vraiment parlé ce soir à travers cette histoire d’Anne et de Siméon. Tu vois Seigneur combien cette histoire m’a touché personnellement. Et tu nous a aussi appris des choses sur ta façon de nous utiliser. Nous de demandons dorénavant la grâce de pouvoir être attentif aux convictions que tu nous donnes, au témoignage intérieur que tu nous donnes et à la paix aussi qui accompagnent après ces témoignages intérieurs. Seigneur nous te demandons vraiment d’ouvrir nos yeux, de nous aider à revoir les choses à ta manière, Seigneur, comme tu le veux toi.

Oh Père éternel, nous te bénissons pour ta fidélité, pour ta bonté.

Nous te prions Seigneur encore de parler ces jours-ci à mes frères et soeurs ! A ceux qui ont besoin d’entendre ta voix dans leur vie Seigneur. Parle-leur clairement Seigneur. Qu’ils reçoivent vraiment des convictions qui viennent de toi ! Je te prie père qu’ils soient obéissants à ces convictions. Je te demande cette grâce de non seulement recevoir mais d’agir en conséquence. Nous savons que c’est difficile et que parfois c’est même très dur. Mais Seigneur ça vaut la peine de t’obéir.

Merci Père Éternel. Merci pour ta parole qui nous enseigne et nous éclaire. A toi soit toute la gloire. Amen. Que Dieu vous bénisse !

Imprimer

Les commentaires sont fermés.