Le rêve de Dieu peut changer votre vie

Le Seigneur dit à Abram : « Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père et va dans le pays que je te montreraiJe ferai naître de toi une grande nation ; je te bénirai et je rendrai ton nom célèbre. Tu seras une bénédiction pour les autres. Je bénirai ceux qui te béniront, mais je maudirai ceux qui te maudiront. A travers toi, je bénirai toutes les nations de la terre. » Genèse 12/1-3
Le Seigneur apparut à Abram et lui dit : « N’aie pas peur, Abram ! Je suis ton protecteur et je te donnerai une grande récompense. » Abram répondit : « Seigneur mon Dieu, à quoi bon me donner quelque chose ? Je suis sans enfant, tu ne m’as pas accordé de descendant. Mon héritier, celui qui recevra mes biens, c’est Éliézer de Damas, un de mes domestiques. » – « Non, dit le Seigneur, ce n’est pas lui qui sera ton héritier, mais un fils né de toi. » Puis il fit sortir Abram de sa tente et lui dit : « Regarde le ciel et compte les étoiles si tu le peux. » Et il ajouta : « Comme elles, tes descendants seront innombrables. »
Abram eut confiance dans le Seigneur. C’est pourquoi le Seigneur le considéra comme juste. (Genèse 15/1-6)
Quand Abram eut quatre-vingt-dix-neuf ans, le Seigneur lui apparut et lui déclara : « Je suis le Dieu tout-puissant. Vis toujours en ma présence et sois irréprochable. Je vais établir mon alliance entre toi et moi et te donner un très grand nombre de descendants. » Abram se jeta le visage contre terre et Dieu reprit : « Voici à quoi je m’engage envers toi : tu deviendras l’ancêtre d’une foule de nations. On ne t’appellera plus Abram, mais Abraham, car je ferai de toi l’ancêtre d’une foule de nations. Je t’accorderai un si grand nombre de descendants qu’ils constitueront des nations ; il y aura même des rois dans ta postérité. Je maintiendrai mon alliance avec toi, puis, après toi, avec tes descendants, de génération en génération, pour toujours : ainsi je serai ton Dieu et celui de tes descendants après toi. (Genèse 17/1-8)
Ils lui demandèrent : « Où est ta femme Sara ? » – « Dans la tente », répondit-il. L’un des visiteurs déclara : « Je reviendrai chez toi l’an prochain à la même époque, et ta femme Sara aura un fils. »
Sara se trouvait à l’entrée de la tente, derrière Abraham et elle écoutait. Elle se mit à rire en elle-même, car Abraham et elle étaient déjà vieux et elle avait passé l’âge d’avoir des enfants. Elle se disait donc : « Maintenant je suis usée et mon mari est un vieillard ; le temps du plaisir est passé. » Le Seigneur demanda alors à Abraham : « Pourquoi Sara a-t-elle ri ? Pourquoi se dit-elle : “C’est impossible, je suis trop vieille pour avoir un enfant” ? Y a-t-il donc quelque chose que le Seigneur soit incapable de réaliser ? Quand je reviendrai chez toi l’an prochain à la même époque, Sara aura un fils. » Effrayée, Sara nia : « Je n’ai pas ri », dit-elle. « Si, tu as ri ! » répliqua le Seigneur. (Genèse 18/9-15)

Nous avons eu pour la plupart des ambitions personnelles dans notre vie, des rêves. Beaucoup rêvent de devenir footballeurs professionnels, mais très peu arrivent au bout. D’autres rêvent de devenir un homme politique, une star… Je ne sais pas quel est votre rêve personnel mais je sais que celui qui a un rêve auquel il tient profondément, va faire des choses que d’autres ne feront jamais. Quiconque a un rêve va aller beaucoup plus loin que celui qui n’en a pas. Dieu connait nos rêves personnels, mais connaissons-nous le rêve que Dieu a pour nous ?

Un jour André est venu me voir car il avait eu une vision qu’il n’avait pas comprise de suite: il a vu des frères de l’assemblée derrière un panneau. Il ne voyait que les jambes, la tête, le buste et le tronc étaient cachés. Comme il questionnait le Seigneur à propos de cette image incompréhensible, le Seigneur lui a répondu : “André, c’est parce qu’ils n’ont pas de vision, ils ne savent pas où ils vont. Ils marchent, ils tournent en rond, ils tâtonnent, mais ils ne savent pas où ils vont. ” Que c’est terrible de marcher comme cela!

Si nous ne connaissons pas le rêve de Dieu pour nous, si nous ne l’avons pas compris, ce seront les événements qui vont dicter notre vie. Dès lors, ce qui nous arrive va dessiner notre destinée. Nous allons de petite situation en petite situation, de petit emploi en petit emploi. Nous prenons des décisions de façon complètement arbitraire puisque nous ne savons pas où nous allons. Nous gérons le moment présent sans trop penser à l’avenir. Sans le rêve de Dieu, nous ne construirons rien dans notre vie, nous ne verrons que très peu de fruits et de progrès. Il est impossible de marcher avec Dieu de cette manière-là. En effet, comment marcher avec Dieu et vivre Sa volonté parfaite si nous ne la connaissons pas ? Dieu a un plan très précis, très personnel pour chacun de nous. Le connaissons nous?

Cette année sera très différente des autres si nous prenons conscience du plan de Dieu, de Son rêve pour nous.

Le jour de sa nouvelle naissance, chaque croyant reçoit le Saint-Esprit, et un rêve. Il est en effet impossible de recevoir le Saint-Esprit et de le laisser agir sans qu’il produise en nous un rêve et la vision de Dieu. Dans son discours après la Pentecôte, Pierre fait allusion au verset de Joël dans l’Ancien Testament: “les jeunes gens auront des visions et les vieillards des songes. ” Il est impossible d’être né de nouveau, d’avoir eu le Saint-Esprit, sans avoir eu un rêve de Dieu. Dieu a mis dans l’esprit de chaque croyant un rêve par son Saint-Esprit. Il est comme dormant, comme caché dans l’attente d’être dévoilé, mais Dieu l’a donné.

Alors pourquoi ne le connaissons nous pas? Parce que nous n’y avons pas cru.

Exemple : Abraham. Que serait devenu sa vie si, après avoir eu la promesse de Dieu concernant sa postérité, il avait refusé de croire en cette énorme et incroyable promesse ?

C’est bien parce que les promesses que Dieu nous fait sont tellement énormes, tellement incroyables que nous pouvons avoir l’impression de rêver. Et si c’était justement là la promesse de Dieu, son rêve pour notre vie ? En croyant à cette promesse, Abraham a commencé à rêver.

Quand Dieu commence à nous parler sur notre avenir, nous pouvons adopter deux attitudes :

1. La réceptivité et l’accueil

Dès lors, parce que nous croyons, nous nous mettons en marche, nous sommes prêts à lâcher des choses auxquelles nous tenons énormément. Abraham, par exemple, a accepté de lâcher ses racines, d’abandonner sa maison et sa situation professionnelle pour aller vers quelque chose qu’il ne connaissait, ni ne maîtrisait. Il a accepté de marcher avec Dieu. Il a été capable de dépendre de Dieu. On ne peut marcher avec Dieu si l’on n’a pas un rêve avec lequel on est d’accord. Abraham est allé dans sa véritable destinée à partir du moment où il a osé croire. Il a vécu des choses qu’il n’aurait jamais vécu autrement. S’il avait refusé ce rêve, il n’aurait pas eu de fils et nous ne serions pas là… puisqu’il est le père de tous les croyants.

2. Le doute, le rejet du rêve par incrédulité

Si Abraham avait réagit ainsi, il aurait vécu la résignation. Il aurait tourné en rond dans un ronron quotidien. Il ne serait jamais entré dans l’aventure de la foi. Sa vie aurait été fade, morne et insipide. C’est la raison pour laquelle tant de vies sont fades, mornes et insipides. Et les épreuves sont vécues encore plus lourdement parce qu’il n’y a pas le moteur intérieur d’un rêve, qui est celui de Dieu.

A partir du moment où nous entrons dans le rêve de Dieu, nous ne prenons plus les choses avec fatalité. Dès lors, les obstacles, nous les affrontons. Abraham a eu beaucoup d’ennuis, il n’a pas connu de chemin linéaire mais il est toujours passé au travers des obstacles. Attention à l’incrédulité qui fait tourner en rond, qui favorise la déprime et surtout qui fait vieillir prématurément, avant l’âge que Dieu avait prévu pour nous. L’incrédulité engendre une mentalité de vieillard. Le rêve engendre une mentalité de jeune homme ! Il suffit pour cela de voir comment Moïse s’est mis à rêver à 80 ans lorsque Dieu lui avait communiqué Son rêve. La foi fait reverdir !

Un grand principe à souligner, c’est que Dieu s’engage quand nous acceptons ses rêves. Il s’engage à les renouveler quand ils sont en train de baisser (cf. Gen. 15, 2-4)

Lorsque nous sommes en train de déprimer, lorsque nous sommes prêts à abandonner le rêve, Dieu prend soin de nous. Il prend soin de ceux qui rêvent, Il veille sur les siens. Il va s’impliquer et mettre tout en place pour faire aboutir ses rêves. Dieu va aller jusqu’au bout.

Le rêve est le vrai point de départ de la vie du croyant. Il nous permet de connaître notre destinée. C’est comme une photo que Dieu nous donne sur notre avenir. Pour Joseph cela s’est passé au travers d’un songe. Dieu peut parler par un songe mais il peut aussi parler autrement. Il peut nous parler lorsque nous sommes réveillés, alors que nous lisons Sa Parole ou que nous cherchons Sa face. Le rêve n’est pas celui que l’on fait la nuit. Exemple :

1er songe : les gerbes des frères de Joseph se prosternent devant lui.

2ème songe : les étoiles, la lune et le soleil se prosternent devant lui.

Même son père qui avait une nette préférence pour lui l’a réprimandé ! Lorsque Dieu a commencé à mettre en place les événements pour que ce rêve se réalise, cela n’a pas été très gai pour Joseph. Jamais il n’aurait imaginé vivre de telles difficultés. Chaque fois, la marche devant lui permettre de grimper vers l’aboutissement du rêve semblait au contraire le faire descendre d’un cran : jeté dans une fosse, vendu comme esclave, trahi, jeté en prison, puis encore trahi à plusieurs reprises en prison par ceux qu’il avait aidés.

Ce qui a aidé Joseph à tenir dans toutes ces situations, c’est le rêve qu’il n’a finalement jamais abandonné. Ainsi, lorsque ses frères sont arrivés pendant la famine, la Bible dit qu’il se souvint des rêves qu’il avait faits les concernant.

Ce n’est pas parce que Dieu donne un rêve que notre vie va se dérouler tranquillement. Bien au contraire ! Mais cette photo de notre avenir allume dans notre coeur un feu qui, dans les moments difficiles, va brûler et va nous permettre de tenir. Le rêve nous donne une perspective. Nous savons où nous allons même si nous ne savons pas ce que nous allons traverser.

Les retombées positives d’un rêve :

  • Celui qui a un rêve traverse toujours les moments difficiles avec l’assurance que le meilleur est devant lui.
  • Cette espérance protège du désespoir et de l’amertume. Joseph aurait franchement pu tomber dans l’amertume et le désespoir des dizaines de fois. Mais l’espérance que ce rêve avait mis dans son cœur l’en a préservé.
  • Le rêve nous donne la force au milieu de l’adversité. Bien plus, il nous raffermit, il nous donne des forces nouvelles pour aller jusqu’au bout.

EN FAIT C’EST CELA LA FOI. Le rêve nous donne l’assurance des choses qu’on espère. On ne peut pas avoir la foi sans avoir un rêve. On ne peut marcher par la foi qu’avec un rêve. Plus encore :

  • il nous donne le pouvoir de sélectionner ce qui colle ou non avec le plan de Dieu. C’est parce qu’il avait le rêve de la royauté que Joseph a pu dire non à la femme de Potiphar. Le rêve préserve des pièges de l’ennemi, il permet de faire les bons choix, ceux qui collent avec notre avenir.
  • le rêve permet de passer à travers les traits enflammés du Malin. Il va nous cribler, il est fidèle pour cela. Le rêve va être comme la pierre que nous allons enfoncer dans la tête du géant. IL EST IMPOSSIBLE D’ARRETER UN HOMME/UNE FEMME QUI A UN REVE DE DIEU. Les gens qui font quelque chose de leur vie sont ceux qui ont un rêve.

Comment discerner s’il s’agit du rêve de Dieu ou d’un rêve personnel ?

  1. Le rêve de Dieu n’a jamais un but égoïste d’accomplissement personnel. Il n’est pas pour nous mais pour les autres. Il sert à l’asservissement du royaume de Dieu. Il ne flatte pas notre égo.
  2. Le rêve de Dieu est toujours trop grand pour nous. Il ne correspond jamais à la réalité que nous voyons, à nos capacités personnelles.
  3. Le rêve déclenche toujours l’onction sur notre vie. S’il n’y a pas d’onction, nous n’avons pas le rêve de Dieu mais le nôtre, car le Saint-Esprit accompagne toujours le rêve de Dieu vécu dans la foi.
  4. Le rêve de Dieu déclenche et entretient le zèle pour Dieu. Il ne plonge jamais dans l’immobilisme ou l’apathie. Quand on entre dans le rêve de Dieu, on reste toujours actif.

Quand nous entrons dans les rêves de Dieu, mettant ainsi son royaume en premier, Dieu s’occupe de l’accomplissement de nos rêves personnels.

Imprimer

Les commentaires sont fermés.